La torsion de la lumière pourrait mettre la fibre optique au placard

Bien que la fibre optique commence doucement mais sûrement à s’installer en France (on dénombre 2,65 millions d’abonnements au mois de juin, soit une augmentation de 50 % sur un an), cette technologie pourrait déjà être dépassée dans les années à venir par la nouvelle trouvaille des chercheurs : la torsion de la lumière.

 

Une étape à la fois : la fibre optique, c’est quoi ?

Vous avez raison de me ralentir … Il est vrai que le nombre d’abonnements au simple ADSL est encore de 21,9 millions en 2017 en France, mais je vous rassure que la fibre optique existe bien. Ce n’est pas une simple légende urbaine que les anciens du village nous racontent pour nous endormir.

La fibre optique est un fil en verre ou en plastique très fin qui a la caractéristique d’être un bon conducteur de lumière et sert donc à la transmission de données par la lumière, la fibroscopie ou l’éclairage. Ce moyen de transmission de données est environ 100 fois plus rapide qu’une connexion ADSL de base. Vous pouvez ainsi télécharger des jeux vidéo ou des films (même des navets) en seulement quelques minutes plutôt qu’en quelques heures.

Bon ça c’est ok, mais c’est quoi cette histoire de torsion de la lumière ?

C’est là que ça se complique chers amis … Tout d’abord, sachez que les communications numériques conventionnelles utilisent les photons (particules de lumière pour les personnes qui dormaient lors des cours de physique) comme des uns et des zéros pour transporter de l’information mais le nombre de torsions entrelacées dans les photons leur permet de transporter des données supplémentaires. C’est là que les scientifiques interviennent : ils ont réussi à « tordre » les photons en les faisant passer à travers un hologramme spécial, similaire à ce que l’on peut trouver sur une carte de crédit. Ainsi, au lieu de ne transporter que des 0 et des 1, la lumière peut également transporter des a, des b voire même des c (c’est une image hein, la lumière c’est pas Bernard Pivot).

Cette torsion, qu’on nomme « moment angulaire optique », avait déjà été utilisée pour transmettre des données à travers des câbles mais, jusqu’à aujourd’hui, cela n’avait pas été concluant dans un espace ouvert à cause de la pression atmosphérique qui disperse les faisceaux lumineux et fait perdre les données. Cette fois, les chercheurs ont réussi une liaison en extérieur de 1,6 kilomètre à Erlangen (Allemagne) et ce à proximité de champs, de rues, et d’immeubles, afin de simuler avec précision un environnement urbain et des turbulences atmosphériques pouvant perturber le transfert d’informations.

En conclusion,

Cette découverte pourrait permettre de créer une technologie de communication avec une bande passante beaucoup plus importante et sans l’exigence de câblage physique. Toutefois, rassurez-vous, ce n’est pas pour demain, la question des turbulences atmosphériques étant loin d’être réglée, la fibre optique a encore de beaux jours devant elle …

Sources articles : zdnet.fr et lefigaro.fr

Source image : stock.adobe.com

Agence USTS : usts.fr

Laisser un commentaire